Les femmes réfugiées subissent une violence fondée sur le genre

Migrants/réfugiés syriens arrivant de Turquie sur un zodiac surchargé près de Molyvos (Grèce) ©Nicolas Economou
Migrants/réfugiés syriens arrivant de Turquie sur un zodiac surchargé près de Molyvos (Grèce) ©Nicolas Economou

Ces dernières années les réfugiés sont devenues aussi des réfugiées en grand nombre accompagnées d'enfants. Ces femmes et ces enfants  sont la majorité désormais de ces personnes fuyant les désastres liés à la guerre ou les persécutions. Elles risquent ce départ pour mettre leurs enfants et elles même en sécurité fuyant les lieux qui souvent sont les seuls qu'elles ont jamais connu.

 

Ces voyages  sont coûteux mais sont aussi  l'occasion de maltraitance, violences, viols, des passeurs, des hommes eux-mêmes en transit, des personnes accueillant   comme agent de sécurité dans les camps par exemple, la sécurité même dans les camps. Ce sont des  dangers potentiels pour ces femmes

Quant aux plus jeunes, elles ne sont pas protégées contre les mutilations génitales et les mariages forcés dans les camps. 

Sur le chemin de l'exil du viol, à la prostitution de survie ou forcée,   à l'esclavage sexuel ou non,  au harcèlement, des femmes sont victimes de problèmes permanents  liés au sexe. Et plus couramment, mariées, elles subissent  la brutalité de leurs conjoints dans cette situation d'insécurité  et de précarité absolue. 

Arrivées dans les pays d'accueil, elles ont besoin d'une protection spécifique. Outre une réelle sécurité dans les camps qui n'est pas assurée, des soins particuliers liés aux viols,  aux grossesses,  on constate que ce n'est pas le cas non plus,   c'est souvent une "absence de sujet" non traitée par les  Etats, non relayé par les médias.  

Ces femmes tendent à être invisibles, elles n'osent pas demander de l'aide, si elles ont été victimes de viols, elles sont rejetées par les leurs,  elles sont mises au ban des personnes de leur communauté, les isolant encore plus. Ou exploitées par eux pour survivre.   Elles ne peuvent s'exprimer qu'après une mise en confiance, assez longue à établir car les évoquer est un tabou bien souvent. 

Le rôle des OING est essentiel comme aménager un espace sécurisé pour qu'elles puissent seules  voir un  médecin, un conseiller, un avocat.  Mais ces OING n'ont plus  assez  de financement pour apporter l'aide utile. 

Il convient d'une volonté politique pour que la dimension de genre soit prise en compte alors même que cela semble possible, sans augmentation sensible du  cout financier. De la prise en charge.  

Les missions d'évaluation des organisations internationales sont unanimes pour affirmer que les mesures de protection contre la violence fondée sur le genre doivent être prises en compte, et renforcées  quand elles existent. 

Télécharger
Human rights of refugee and migrant women
Les droits des femmes et des filles réfugiées ou migrantes doivent être mieux protégés
Human rights of refugee and migrant wome
Document Adobe Acrobat 559.6 KB

Écrire commentaire

Commentaires : 0