News

Vous pouvez retrouver ici des articles, des informations, mais vous pouvez aussi me suivre sur ma page Facebook. 

 

Here you can find articles, information, but you can also follow me on my Facebook page.


Les mots clefs / Key words

Meeting of the newly elected Bureau of the Conference of the INGOs

Meeting of the newly elected Bureau of the Conference of the INGOs, at the Council of Europe Office in Paris. Working on critical issues such as responsibilities and tasks of the Bureau members, communication and the preparation of the new 2018-2021 action plan.

I am elected as Vice-President in charge of Equality

Le déni de justice fait aux femmes/Women's denial of justice

Le déni de justice fait aux femmes parce que femmes en matière de salaire et d'accès aux prises de décision pourrait cesser avec une véritable volonté politique. C'est un vif souhait pour 2018.  C'est aussi la position de Nils Muznieck, Commissaire aux Droits de l'Homme du Conseil de l'Europe 

 

Women's denial of justice because women's pay and access to decision-making could end with real political will. It is a strong wish for 2018.

This is also the position of Nils Muznieck, Commissioner for Human Rights of the Council of Europe.

    

Dr Anne Negre 

Experte Égalité - Conférence des OING, Conseil de l'Europe

Gender Expert - INGOs Conférence, Council of Europe

 

____

 

Anglais : 

https://www.coe.int/en/web/commissioner/-/gender-equality-in-employment-is-still-a-distant-promise-in-europe

Français : 

https://www.coe.int/fr/web/commissioner/-/gender-equality-in-employment-is-still-a-distant-promise-in-europe

 

 

Tweet EN: https://twitter.com/CommissionerHR/status/943408815944470528

Tweet FR: https://twitter.com/CommissionerHR/status/943410563232731136

 

FB EN: https://www.facebook.com/CommissionerHR/posts/906480529527858

FB FR: https://www.facebook.com/CommissionerHR/posts/906480232861221

 

                  

0 commentaires

Commission Egalité de Genre du Conseil de l’Europe - The session of the Gender Equality Commission of the Council of Europe

La  session de la Commission Egalité de Genre du Conseil de l’Europe à Prague les 15 et 16 novembre 2017,  a été précédée d’une Conférence organisée par les Autorités tchèques sur les statistiques et les recherches sur la Violence contre les femmes et la Violence Domestique : pré-condition d’une politique efficace.

Ci-dessous vous trouverez les liens qui permettent de retrouver l’ensemble des présentations. 

Ainsi la violence en elle-même visant une femme n’est plus seulement pris en compte mais aussi tous les dégâts qu’elles causent à l’entourage familial, aux relations de travail également impactées par les absences, mais aussi l’implication de la société dans son ensemble pour y faire face.

C’est un tournant de prendre en compte ces violences comme une atteinte plus uniquement individuelle dans l’intimité et le secret familial  mais en liaison avec l’ensemble de la société civile.

J’attire votre attention sur les évaluations récentes faites pour chiffrer le  cout de ces violences faites aux femmes qui sont d’un montant très élevé. Ces données sont cruciales pour permettre aux politiques de créer les conditions impératives pour qu’elles cessent avec une éducation dès le plus jeune âge à l’égalité et au respect de la femme. Et des prises en charge immédiate des  femmes victimes avec des sanctions appropriées aux auteurs. Nous devons espérer une vrai changement dans les politiques suivies

The session of the Gender Equality Commission of  the  Council of Europe in Prague on 15 and 16 November 2017 was preceded by a Conference organized by the Czech Authorities on Data Collection and  Research on Violence against Women and Domestic Violence : a precondition for  Efficient  Policy Making

 

Below you will find links to find the presentations.

 

Thus the violence in itself targeting a woman is no longer only taken into account but also all the damage they cause to the family circle, the working relationships  impacted by absences, but also the involvement of society as  to deal with it.

It is a turning point to take into account this violence as a more individual attack on intimacy and family secrecy, but in liaison with the whole of civil society.

 

I draw your attention to recent assessments made to quantify the cost of such violence against women, which is very high. These data are crucial to enable policies to create the necessary conditions for them to end,  with an early education of equality and respect for women. And immediate care for women victims with appropriate penalties to the perpetrators. We must hope a real change in the policy making.


Lire la suite 0 commentaires

STRATÉGIE GENRE ET DÉVELOPPEMENT 2013-2017

Coordination SUD - Solidarité Urgence Développement - est la coordination nationale des ONG françaises de solidarité internationale. 

Fondée en 1994, elle rassemble aujourd’hui 162 ONG, dont une centaine via six collectifs (CLONG-Volontariat, Cnajep, Coordination Humanitaire et Développement, Crid, Forim, Groupe Initiatives) qui mènent des actions humanitaires d’urgence, d’aide au développement, de protection de l’environnement, de défense des droits humains auprès des populations défavorisées mais aussi des actions d’éducation à la citoyenneté et à la solidarité internationale et de plaidoyer. Coordination SUD anime des commissions de travail thématiques composées de ses membres et partenaires, mobilisées sur des enjeux majeurs de la solidarité internationale.

 

La commission Genre et développement de Coordination SUD

La commission Genre rassemble les ONG membres appliquant une approche genre dans leurs projets et/ou dans leur fonctionnement.

Ses objectifs sont de :

• faciliter des échanges de pratiques et d’expériences sur l’intégration de l’approche genre dans les projets et dans les pratiques institutionnelles des ONG françaises ;

• contribuer à une meilleure prise en compte du genre par les ONG françaises de solidarité internationale à travers la sensibilisation, la formation, le renforcement des capacités ;

• proposer des actions de plaidoyer pour l’intégration du genre dans les politiques de développement de la coopération française et dans les campagnes d’opinion menées par les ONG françaises.

Coordination : Vincent Pradier (Étudiants & Développement, référent Genre du Conseil d’administration de Coordination SUD), Nicolas Rainaud (Équilibres & Populations, chef de file de la commission Genre), Patricia Spadaro (Coordination SUD)

 

Liste des organisations contributrices : CARE France, CCFD-Terre Solidaire, Équilibres & Populations, Étudiants & Développement.

Lire la suite

Homosexuality and Turkey

Source AFP - Des policiers anti-émeutes turcs bloquent l'accès à l'avenue Istikjlal aux marcheurs de la Gay Pride, le 25 juin à Istanbul.
Source AFP - Des policiers anti-émeutes turcs bloquent l'accès à l'avenue Istikjlal aux marcheurs de la Gay Pride, le 25 juin à Istanbul.

 

 

In response to the ban of all lesbian, gay, bisexual, trans and intersex rights groups (LGBTI) events in Ankara, Turkey we express our indignation. 

 

The ban which seems to apply to all LGBTI film screenings, theaters, panels and exhibitions, for an indefinite period, was allegedly imposed to protect public security, and the LGBTI community, against possible aggression of other groups. Authorities fear that some groups may be provoked by LGBTI events and take action against participants because of certain social sensitivities. 

The Council of Europe standards and mechanisms promote and uphold the human rights of all, including the equal rights and dignity of all human beings, including lesbian, gay, bisexual, transgender and intersex people (LGBTI).

With special reference to :

  • European Convention on Human Rights, art 10 (freedom of expression) art 11 (freedom of association and assembly) art. 14 (prohibition of discrimination)
  • Recommendation CM/Rec(2010)5 of the Committee of Ministers to the Member States on measures to combat discrimination on grounds of sexual orientation or gender identity 
  • Resolution 2048 (2015) of the Parliamentary Assembly of the Council of Europe on Discrimination against transgender people in Europe
  • Resolution 1728 (2010) of the Parliamentary Assembly of the Council of Europe “Discrimination on the basis of sexual orientation and gender identity”
  • Resolution adopted by the Human Rights Council of United Nations on 30 June 2016 32/2: Protection against violence and discrimination based on sexual orientation and gender identity.

 

We strongly deplore acts of discrimination committed against individuals because of their sexual orientation or gender identity in all Member States of the Council of Europe. Lesbian, gay, bisexual, transgender and intersex persons should fully exercise universal human rights. Turkey, as a Member State of the Council of Europe, have to protect their fundamental rights according to the Treaties, Conventions, Resolutions Recommendations of the Council of Europe.

Prima facie the new rulings seem to be arbitrary and violate the long established international- and by the European Court of Human Rights accepted rule that sensitivities among opposing groups and even the threat of counter actions (so-called hecklers veto) can never be a reason for indefinite prohibition of freedoms guaranteed in the ECHR, especially the freedom of expression.  The unconditional prohibition in the whole of Ankara for an unlimited period of time, seems to be evidently disproportionate.

 

We call upon all authorities not to slide back in to the dark era where people have to hide who they really are. We plead to annul the rulings that might incite and legitimise aggression against LGBTI, which that once felt free and proud in Turkey.

 

Simon Matthijssen,  President of the Human Rights Committee

Anne Negre, Gender Expert

Anna Rurka, President of the Conference of INGOs

0 commentaires

GUIDE DE BONNES PRATIQUES MUTILATIONS GÉNITALES ET MARIAGE FORCÉ

Ce guide contient des orientations stratégiques sur les principes et les caractéristiques d’une réponse intégrée aux mutilations génitales féminines (MGF) et au mariage forcé (MF), visant à les prévenir, à les combattre et à traiter leurs conséquences. À l’appui de ces éléments, le guide met en avant une sélection d’initiatives actuellement menées par plusieurs États membres du Conseil de l’Europe pour mettre fin aux MGF et aux MF. 

Bien que distincts, les MGF et le MF sont tous deux des violations des droits de l’homme et des formes graves de violence contre les femmes et les filles. Ces actes se produisant souvent pendant l’enfance, ils constituent aussi une violation des droits de l’enfant. Le MF peut aussi concerner les garçons et les jeunes hommes, bien que dans une moindre mesure que les filles et les femmes ; le présent guide envisage cette pratique néfaste avant tout comme une atteinte aux filles et aux femmes. La lutte contre ces pratiques, étant donné qu’elles représentent une violation des droits de l’homme, passe par une approche fondée sur les droits, s’attaquant aux problèmes sociaux structurels qui alimentent ce type de violence : l’inégalité des sexes et la discrimination. L’élimination de ces pratiques néfastes fait partie du cinquième des Objectifs de développement durable élaborés par l’ONU. Malgré les différences entre MGF et MF sur le plan pratique, les principes clés et le cadre permettant de les combattre sont dans une large mesure les mêmes. Pour contrer effectivement les MGF et le MF, il faut traiter l’ensemble des facteurs sous-jacents à la perpétration de toutes les formes de violence contre les femmes.

Par conséquent, les mesures qui ciblent des aspects spécifiques des MGF ou du MF reposent dans la plupart des cas sur les mêmes principes, méthodes et objectifs, et s’appliquent dans un cadre commun visant à mettre fin à la violence contre les femmes. Les pratiques intéressantes pour lutter contre une forme de violence contre les femmes peuvent être transposées à toutes les autres formes, même si l’initiative ou le programme en question est spécifique à l’acte néfaste visé.

En s’arrêtant sur les MGF et sur le MF, ce guide ne sous-entend pas que ces pratiques seraient plus graves ou plus néfastes que d’autres formes de violence contre les femmes (telles que la persécution, les violences sexuelles, l’avortement ou la stérilisation de force, le harcèlement sexuel ou les crimes commis au nom de l’« honneur », y compris la tentative ou la complicité). Toutefois, la complexité et l’étendue des diverses formes de violence contre les femmes ont amené à concentrer ce guide sur deux formes de pratiques néfastes.

 

Cliquez-ici pour accéder au guide ! 

Lire la suite

Pontoise, Melun, il est temps d’affirmer qu’un enfant de 11 ans ne consent pas librement à des relations sexuelles !

On l’a appris hier par Le Parisien, un homme accusé du viol d’une fillette de 11 ans a été acquitté purement et simplement par la cour d’assises de Seine-et-Marne. Pour la cour composée de magistrats et de jurés le viol n’était pas caractérisé dans la mesure où « la contrainte, la menace, la violence et la surprise, n’étaient pas établis » dixit la procureure de Melun. Le parquet ayant requis la condamnation à 8 ans à titre de peine principale n’a donc pas été suivi.

Les faits remontent à 2009. Alors qu’elle jouait dans un parc avec sa cousine à Champs-sur-Marne (Seine-et-Marne) la fillette avait été abordée par un homme de 22 ans. Sans qu’on sache comment, ils en étaient arrivés au point d’avoir une relation sexuelle consentie selon l’accusé. L’homme ajoutant que la jeune fille avait menti sur son âge en affirmant « qu’elle avait 14 ans et qu’elle allait vers ses 15 ans ». La jeune fille conteste toujours ces allégations. Apparemment elle n’avait parlé de ces faits à personne, et déjà pas à ses parents ces derniers découvrant les faits lorsque leur fille leur est apparue enceinte.

On peut entendre que, dans les circonstances de faits, la cour d’assises de Seine et Marne n’ait pas trouvé les éléments constitutifs du viol notamment la violence physique où l’un impose une relation à l’autre, étant rappelé que le viol s’entend de « tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’il soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte, menace ou surprise » (art. 222-23 CP). (1)

On est plus surpris que cette même cour ait pu penser qu’il n’y avait aucun déséquilibre dans la relation d’une gamine de 11 ans même si elle en faisait plus physiquement avec un homme de 22 ans. Et que cet homme ait pu sortir de l’audience sans aucune condamnation, quitte de tout compte. (2)

On peut être sidéré que la cour n’ait pas sanctionné une relation sexuelle d’évidence déséquilibrée et illégale même si cette jeune fille allait sur ses 15 ans en ne retenant pas l’agression sexuelle qui consiste en « toute atteinte sexuelle commise avec violence, contrainte, menace ou surprise.« (art. 222-22° CP) (3) ou surtout l’atteinte sexuelle sur mineure définie comme « le fait, par un majeur, d’exercer sans violence, contrainte, menace ni surprise une atteinte sexuelle sur la personne d’un mineur de quinze ans » (art. 227-25 CP). (4) A la différence du viol qui peut être le fait d’une personne mineure, il faut que l’auteur soit majeur.

Encore aurait-il fallu pour procéder à cette requalification de l’infraction, que le président de la cour d’assises ait préparé, à toutes fins utiles, avant que la cour se retire pour délibérer, des questions sur ce sujet afin qu’elle se prononce si le viol n’était pas retenu. C’est donc aussi apparemment une faute technique que de ne pas avoir préparé ces questions subsidiaires au regard de la défense développée par l’accusé. Les magistrats ne devait-ils pas s’attendre à ce que la question du viol soit l’objet de débats durant le délibéré au point de ne pas obtenir la majorité requise ? Et pourquoi devant le vote négatif en délibéré ne pas avoir rouvert les débats pour adopter des questions subsidiaires ?

 

Le parquet général a décidé, et on le comprend, de faire appel.

Cette décision de la cour de Melun est d’autant plus surprenante, sinon choquante, que voici quelques jours l’attitude du parquet de Pontoise décidant de correctionnaliser les rapports sexuels supportés par une gamine de 11 ans de la part d’un père de famille de 29 avait déjà suscité débat sinon polémique. (Voir blog 689)

Ne pas retenir la violence ou la contrainte, au moins psychique, de l’adulte sur l’enfant, laisse à penser que ces gamines de 11 ans ont accepté les relations sexuelles comme une femme mature y consent. C’est tout simplement aberrant.

En écho au débat suscité par les révélations de toutes ces femmes qui dénoncent les violences sexuelles de toutes nature qu’elles ont pu supporter, on trouve dans les affaires de Pontoise et de Melun une autre preuve du rapport qui existe dans nos sociétés entre les hommes et les femmes. Par définition, et de tous temps, une femme ne peut qu’accepter qu’on cherche à la séduire, qu’on lui mette la main aux fesses (5), qu’on lui propose un avancement-canapé, qu’on l’amène à des relations sexuelles. Somme toute la limite tient au fait qu’elle crie ! D’ailleurs, à la réflexion, il n’est pas sûr que si elle se débat ce ne soit pas par le plaisir donné par la situation, sinon par le mâle qui l’étreint !

Il est grand temps d’affirmer haut et fort qu’avant un certain âge – 13 ans pourquoi pas qui est l’âge où la loi admet la sanction pénale contre l’auteur d’une infraction – un enfant peut certes avoir une sexualité, mais ne consent pas à des relations avec des adultes. Il faut poser une relation irréfragable, c’est-à-dire qui ne soit pas susceptible être remise en cause, de violence psychique lié au déséquilibres qui existe entre l’adulte et ce jeune enfant. Après tout, ne développons pas l’idée que la relation amoureuse, sinon sexuelle, est fondée sur la réciprocité des désirs et des plaisirs ? Qui oserait affirmer que dans le rapport entre un homme de 28 ans ou même  de 22 ans avec une gamine de 11 ans il y a égalité ? Où est le consentement éclairé d’une gamine de 11 ans à des actes sexuels comme ceux dont on parle ?

Une pétition lancée par le journal Marianne circule pour que le parlement introduise cette présomption comme d’autres pays l’ont déjà fait.

 

Ce débat parlementaire devrait être une bonne occasion de mettre les pendules à l’heure sur la protection corporelle des enfants. Deux compléments s’imposent en effet.

Déjà, dans la foulée des conclusions du rapport Flament-Calmettes remis au gouvernement précé-dent, il faut traiter la question de l’adaptation des délais de prescription en matière sexuelle après la nouvelle donne issue de la loi de 2016 qui a allongé les délais de droit commun. (Voir blog 675)

 

Lire la suite